Voile : traverser la Méditerranée, de Marseille à Carthage, le rêve de trois malvoyants

Ils sont cinq, dont trois malvoyants et ont un rêve : réaliser la traversée de la Méditerranée, de Marseille à Carthage en Tunisie, à la voile. Plus qu’un défi, c’est une leçon que l’équipage veut donner, celle du possible. L’équipage de « Rêve à perte de vue » a pris le large lundi 17 février.

Un Rêve à perte de vue… une association, mais surtout un message : rappeler que malgré un handicap, on peut tout réaliser, même traverser la Méditerranée à la voile.

« Le but de ce projet, c’est de montrer que même quand on est handicapé, c’est possible », explique Joël Paris, malvoyant. Son équipage est composé de cinq marins : deux non-voyants et deux étudiants de l’Ecole nationale supérieure maritime.

A bord du Timoun, un half tonner d’à peine 10 mètres, et vieux de plus de 30 ans, l’équipage espère relier Marseille à Carthage en Tunisie, soit 848 km de traversée, en deux jours et demi.

Pour cela, il faudra naviguer à une moyenne de 8 noeuds, un temps proche de la performance, dans le monde de la voile. Cette traversée n’a jamais été tentée par un équipage mixte handi-valide.

« Pour aller du point A au point B, c’est très compliqué pour Olivier (le barreur aveugle, ndlr), ou pour moi, mais on a une faculté de rebond plus élevée que la moyenne des gens, et c’est ce que nous allons démontrer », explique le skipper.

C’est donc bien un temps de référence que Timoun vise. Pour cela Joël Paris pourra compter sur l’expertise de Marc Emig. Cet habitué des courses au large, ancien figariste, va assurer le routage météo de cette aventure.

Un barreur aveugle, le meilleur au monde

Joël Paris, fondateur de l’association Un Rêve à perte de vue, a un message : casser les préjugés sur le handicap visuel, et prouver que tout est possible, tout but est atteignable avec la volonté.

« Notre barreur est aveugle, et c’est pourtant le meilleur barreur au monde. Il ne voit rien, et pourtant il sent mieux que personne l’assiette du bateau. Il sent les mouvements, la vitesse, et peut réagir vite ».

Pour Joël Paris, les nonvoyants sont catalogués, notamment dans la vie professionnelle. « Pourquoi font-ils toujours les mêmes métiers ? Parce-que les chefs d’entreprise ne voient pas tout ce qu’ils sont capables de faire ».

A vos partages ! Les 5 minutes du départ ! Temps maussade sur Marseille mais tout le monde au rendez-vous !

Publiée par Rêve A Perte De Vue sur Lundi 17 février 2020

C’est pourquoi cette aventure est avant tout un projet pour vaincre les limites, gagner en confiance et en compréhension de l’autre, et démontrer que la différence est un facteur de performance.

Ce record est la première marche pour un projet encore plus ambitieux: s’aligner sur des courses transatlantiques comme la Transat Jacques Vabre en novembre 2021 à bord cette fois d’un Class 40, un monocoque hauturier de course, de 12 mètres.

Par Franceinfo